Biographie

Jean-Yves Loude, enfant de Jules Verne, petit frère de Tintin…

JYL N&BJean-Yves Loude est né à Lyon, sur une presqu’île, entre les bras de deux fleuves qui se rejoignent pour filer vers la mer. À l’âge où les garçons rêvent d’automobiles, il ne pense qu’à voyager, à découvrir le monde. C’est en lisant Alexandra David-Neel, Kipling, Kessel, Jules Verne et Tintin qu’il veut à son tour devenir explorateur. Il quitte l’Europe à vingt ans pour l’Inde, le Népal, le Pakistan, l’Afghanistan, l’Iran. Son premier grand voyage. Depuis, il ne cesse, avec sa compagne Viviane Lièvre, ethnologue et photographe, de parcourir les continents à la recherche de l’humain, et d’écrire sur les richesses des cultures, sur l’imaginaire des peuples. Il a vécu deux ans chez les Kalash, montagnards polythéistes de l’Himalaya au Pakistan, a fait plusieurs fois le tour du Cap-Vert, récolté des musiques créoles, escaladé la montagne de Tintin au Tibet, gravi le mont Cameroun et la forteresse de la princesse Antinéa au Sahara. Il a enquêté au Mali sur un roi mandingue disparu en mer, à Tombouctou derrière les façades de la ville secrète, ou à Lisbonne sur la mémoire occultée d’une présence africaine vieille de cinq siècles au bord du Tage. On a signalé son passage à Montréal, le temps d’une sonate littéraire en automne. Il a reçu la mission d’évaluer le mythe de la fondation de Brasilia. A São Tomé et Príncipe, il s’est lancé dans l’approche de l’identité « tragique » des îles du Milieu du Monde, en plein golfe de Guinée. Il a accompli un voyage en bus de 5500km de Rio à l’Amazonie, pour rendre hommage avec « Pépites brésiliennes » au rôle essentiel joué par les Afro-descendants dans la construction de l’identité du Brésil. Son dernier livre, « Princes des Fatras », espère mettre en lumière la créativité des humains qui survivent à Cité Soleil, périphérie affligée d’Haïti.

Chaque fois, il revient en Beaujolais, terre de ses ancêtres, pour écrire un livre rapporté du lointain, destiné aux adultes ou aux jeunes lecteurs, afin de partager avec eux ses expériences essentielles et sa confiance dans la part créative de l’Homme.